Collaborer en entreprise… pas tellement facile ?

Depuis les années 1980 jusqu’au début des années 2000, le sens du mot “collaboration” a glissé d’un concept expérimental des sciences de l’éducation vers une thématique centrale de l’espace du travail pour une majorité des organisations : comment faire pour que mes salariés collaborent ?

D’ailleurs, on ne les appelle plus des salariés, mais des collaborateurs ! Ce changement de nom, évidemment, ne suffit pas pour faire travailler les gens ensemble. Et de nombreuses entreprises ont encore du mal à trouver les bonnes recettes pour créer des liens entre les différents départements.

Les 3 freins à la collaboration

Lorsqu’on parle de la collaboration, on a souvent l’impression que les start-up sont bien meilleures à ce jeu que les grands groupes. S’agit-il seulement d’une impression ? Est-ce une question de taille, d’outils, de culture ?

Frein n°1: La taille ?

Dans le cadre de notre étude dont nous publierons les résultats à la fin du mois d’avril, nous avons demandé à plus de 50 entreprises françaises et internationales d’évaluer leur capacité à collaborer dans leur quotidien de travail. Le résultat est peu surprenant : les répondants travaillant dans des start-up sont 95% à évaluer de manière positive la capacité de leurs équipes à collaborer, alors qu’ils ne sont que 27% dans ce cas pour les grandes entreprises ! C’est que, la taille de la structure et la complexité de l’organisation peuvent être un premier frein à la collaboration.

Frein 2: Les outils ?

L’arrivée de nouveaux outils collaboratifs a comblé, au premier abord, le manque de communication en entreprise. Selon notre étude, les réseaux sociaux et les messageries internes sont déployés dans 90% des organisations. Cependant, plus de 55% des répondants préfèrent la voie classique pour communiquer sur des projets : l’email reste l’outil principal pour échanger de l’information dans le cadre professionnel. Malgré leur promesse, les outils collaboratifs mis à disposition des salariés ne sont pas utilisés au maximum de leur potentiel. Ou peut-être ne permettent-ils pas aux salariés d’exprimer tout leur potentiel…?

Frein n°3: La culture !

Enfin, les individus avec leurs expériences et leurs mentalités se trouvent au coeur de l’organisation. Une découverte intéressante : plus un salarié a de l’ancienneté dans une entreprise, plus il est sceptique quant à la capacité de ses équipes à collaborer ! Finalement, pas de surprise : la collaboration se crée grâce à l’ouverture. Changer de structure régulièrement permet de se nourrir et de s’inspirer de la différence.

Et si, au-delà de la taille de l’organisation et des outils utilisés (ou non), le mindsetétait la clé de la bonne collaboration au travail ? Dans notre étude à paraître nous vous dévoilerons quelques pistes de réflexion permettant de créer des mécaniques d’ouverture et de partage au sein de votre organisation.

Check Also

BA: de nouvelles mesures pour promouvoir l’épargne en devises des particuliers

Ces nouvelles mesures complémentaires spécifiques à l’épargne en devises des particuliers seront annoncées jeudi par …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :