Startup en Algérie en finir avec les confusions😨


par Abdellah Mallek🇩🇿

,Lorsque j’ai commencé à m’intéresser aux Startups en Algérie, beaucoup d’autres s’y intéressaient également. Certains se sont lancés dans la création de startups, d’autres voulaient juste en parler, parce que c’était tendance. Une tendance qui ne cesse de croître depuis, au point d’entendre ce terme -startup- sur toutes les bouches. Je ne peux que m’en réjouir, car c’est signe que ça avance, que ça se démocratise.

Cependant je ne peux m’empêcher d’être prudent, voire même de jouer aux puristes. Car en effet, la démocratisation du terme n’a pas été accompagnée de sa bonne compréhension.

Comme les startups étaient perçues comme THE THING du moment, beaucoup se l’approprient sans trop savoir pourquoi, ou plutôt en pensant que c’est l’ultime voie du succès. Et pourtant, je fais partie de ceux qui défendent l’idée que l’ultime succès ne se limite pas à créer sa startup. Si si, vous avez bien lu. Bien sûr que c’est génial de créer une startup, à condition que ce soit une vraie. Mais c’est tout aussi bien de créer une petite entreprise et de la voir grandir, du moment que la passion guide vos choix quotidiens.

Ce que je dis là vient du fait que je croise de nombreuses personnes, jeunes pour la plupart, qui s’acharnent à trouver la bonne idée pour la startup de demain ou qui essaient de convaincre que leur projet/business plan/entreprise est une startup, alors qu’ils pourraient tout simplement l’appeler entreprise/TPE, et ça sonnerait tout aussi bien.

En définitive, avoir une “startup” n’est pas le seul et unique chemin de la réussite. D’abord parce que toutes les startups ne sont pas vouées à devenir Facebook ou Google, appeler une entreprise startup ne lui garantit pas un passeport vers la réussite.
Ensuite, parce qu’il est fort probable que vous utilisiez le terme de manière inappropriée. Et si l’on veut vraiment avoir un écosystème sain, il faudrait que nous en maîtrisions les principes de base, dont quelques définitions scolaires, mais bien utiles.
Qu’est-ce qu’une startup?
Pour savoir si votre entreprise est une startup, il suffit de questionner 4 notions :

1️⃣️ La recherche de soi (oui c’est volontairement philosophique ðŸ˜Š)
Si votre entreprise sait déjà qui est son public, comment l’atteindre, comment monétiser le produit / service dès le départ, il est fort probable que vous ayez une entreprise classique, et non une startup. Déçus? Ne le soyez pas. Car les startups, quasiment toutes, passent par une phase d’errance et de recherche de soi. Du point de vue business, c’est une phase de stagnation, durant laquelle le chiffre d’affaires tend vers 0, et où les clients se font rares. Pourquoi? Parce que souvent, une startup apporte un produit/service dont personne ne veut (encore). L’enjeu est donc d’identifier les futurs clients, de les atteindre, de les convaincre à acheter le produit/service et de les fidéliser. Mais attention, ceci n’est pas fait de manière aléatoire: les startups partent souvent de quelques hypothèses, qu’elle testent activement sur le marché, pour les confirmer ou les écarter.

Certains voient également cette phase comme une phase d’expérimentation, durant laquelle la startup teste, échoue, teste à nouveau, dans un processus d’itération continu, jusqu’à trouver la bonne formule pour aller à la conquête du marché.

Ce processus ne saurait durer éternellement, car c’est une étape durant laquelle les entrepreneurs et leurs équipes dépensent le plus d’énergie, et souvent d’argent, pour sortir un produit désirable et viable.

Cette phase est d’une extrême importance, car elle permet d’identifier LE Business Model, ensemble des mécanismes qui permettent à l’entreprise de générer des revenus (à ne pas confondre avec Business plan).

2️⃣️ La croissance fulgurante :
Une fois le bon business model trouvé, les startups ont tendance à croître très rapidement. Certains accélérateur de renom, tels que YC, estiment que le taux de croissance acceptable pour une startup est de 5 à 7% par…. Semaine. Oui, parce que à l’échelle d’une startup, le temps est une donnée précieuse. Rappelez-vous, une startup arrive avec un produit, service ou concept dont personne ne voulait jusque là. Si elle réussit à convaincre son public d’acheter, ses ventes deviennent exponentielles, lui assurant ainsi une croissance fulgurante de 0 à n.

3️⃣️ La scalabilité :
Le terme, issu de l’anglais scalable/scalability, est difficile à traduire. C’est là une caractéristique vraiment spécifique aux startups, et est étroitement liée à la croissance astronomique que ces dernières peuvent enregistrer. En effet, devant un choc de croissance aussi important, la startup (contrairement aux entreprises classiques) est capable non seulement de s’adapter, mais aussi de maximiser sa rentabilité: plus le nombre de clients augmente, plus les marges sont grandes; les premiers clients coûtant plus cher que les suivants, et ainsi de suite. La scalabilité de la startup lui permet non seulement d’absorber sa montée en charge, mais aussi de l’augmenter encore plus sans opérer de changements structurels profonds (garder le même business model).

En résumé, si pour vendre 10 fois plus de produits vous devez recruter 10 fois plus de personnes, votre modèle n’est pas scalable, vous êtes plutôt une entreprise classique.

4️⃣️ La Reproductibilité:
une startup qui réussi a souvent un business model reproductible en d’autres environnements. Les meilleurs exemples de reproductibilité sont certainement AirBnB et Uber, qui peuvent se déployer de ville en ville à travers le monde en gardant le même business model. Une startup a donc un business model reproductible à grande échelle, en d’autres environnements, et mêmes par d’autres équipes, tout en gardant la même rentabilité. Pour certaines, des ajustements sont parfois nécessaires pour s’adapter à des contextes locaux, mais le principe est préservé. Si votre entreprise répond à un besoin très localisé, ou propose un service destiné à être commercialisé dans un contexte particulier, il est difficile de l’appeler startup.

Si je ne suis pas une startup, alors que suis-je?
Le fait de différencier startup et entreprise classique (ou TPE) n’a pas pour objectif de démontrer que créer une startup est forcément plus sympa que de créer une TPE. Il s’agit justement d’adopter les bons réflexes à la structure de l’entreprise que l’on souhaite créer, et non pas suivre une tendance quelconque pour espérer être invité à tous les événements hype à Alger.

Le mindset “entrepreneur” consiste en la capacité de transformer un problème en une solution monétisable, que ce soit à travers une startup, une TPE ou toute autre structure capable de créer de la valeur. Car c’est ce dont nous avons le plus besoin.. Générer de la valeur, dynamiser notre économie, diversifier nos revenus. Les TPE, autant que les startups, peuvent y contribuer, à condition que chacune adopte un chemin qui lui est propre, sans vouloir à tout prix copier des attitudes, et en gardant en vue des objectifs de rentabilité.
Dans un marché comme le nôtre, nous avons la chance d’avoir des opportunités à tous les coins de rues, le plus important est de les saisir, sans perdre du temps à essayer de rentrer dans des cases. Chacun trouvera sa place dans un écosystème naissant, mais prometteur.

voire aussi

Lancement d’une étude sur la façon dont les startups retourneront dans leurs bureaux – la FMH va-t-elle continuer?

Une étude approfondie sur la façon dont les startups fonctionneront à l’avenir, à la suite …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *